LA VAGUE SONORE DE LA DANSE DES PLANTES RECHERCHE

Partage du Work in Process : 16 juin 16h Grand Théâtre de la Ville de Luxembourg

La chorégraphe Elisabeth Schilling et la compositrice Alexandra Duvekot en sont aux premiers stades d’une recherche visant à explorer la manière dont la connaissance expérimentale des plantes peut inspirer la chorégraphie et la composition musicale.

⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀
Les plantes émettent des sons dans des fréquences inaudibles pour l’oreille humaine : la façon dont les racines poussent dans la terre, l’échange d’oxygène avec l’air qui les entoure, la communication avec d’autres plantes et animaux, la façon dont elles aspirent et distribuent l’eau de la terre.

⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀
Ces obersvations sont le point de départ de la recherche compositionnelle et chorégraphique : comment ces sons peuvent-ils être rendus audibles à l’oreille humaine ? Comment ces rythmes et textures sonores peuvent-ils inspirer le mouvement ? Comment transcrire ces sons végétaux sur des instruments ?
Soutenue par les danseuses Marine Tournet, Marla King et Giulia Cenni ainsi que par la dramaturge Eva Martinez, Elisabeth explore actuellement comment les impressions sensorielles de différentes plantes, telles que la communication par le toucher haptique ou l’odorat, peuvent inspirer le mouvement et la chorégraphie.

Alors que, dans le passé, Elisabeth créait souvent des chorégraphies à partir d’une partition déjà existante, elle aimerait maintenant – avec Alexandra – explorer les potentiels de composition qui peuvent être explorés en commençant le processus de création musicale d’une part à partir des plantes, et d’autre part à partir de la danse. Ayant elle-même une connaissance approfondie de la musique, Elisabeth est particulièrement intéressée par la création de structures rythmiques complexes et par la possibilité de rendre audible une variété de textures. United Instruments of Lucilin soutiendra ce processus de recherche d’un point de vue musical.
⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀
Alexandra et Elisabeth sont toutes deux intéressées par la création d’une perspective sur les sons et les mouvements des plantes qui offre une vision moins centrée sur l’humain, mais qui transcende plutôt vers une perspective plus centrée sur le post-humain. Elles aimeraient que cette recherche élargisse l’empathie du public et des participants à l’égard de la nature qui nous entoure et nous habite, et qu’elle ouvre une nouvelle idée de ce que sont les sentiments, en s’appuyant sur les découvertes du monde végétal.

FUTUR

Elisabeth est actuellement en train de préparer une production plus importante sur ce sujet.
sur ce sujet :
⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀
La nouvelle création d’Elisabeth Schilling, artiste associée aux Théâtres de la Ville, se présente comme une nouvelle entreprise chorégraphique qui cherche à fusionner la puissance émotionnelle du Concerto pour piano n°2 de Sergej Rachmaninov avec une profonde investigation sur notre lien avec la nature et la sagesse qu’elle renferme. En créant une œuvre chorégraphique dans laquelle le monde végétal occupe une place centrale, Plantmaninov pose la question suivante : “Comment nos émotions évoluent-elles dans un monde en pleine mutation ?
Comment évoluent nos émotions dans un monde post-humain conscient d’être sur le point d’imploser, déconnecté de notre appartenance à la nature ?
⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀
Cette exploration artistique est à la fois opportune et intemporelle, abordant les préoccupations contemporaines urgentes que sont la dégradation de l’environnement et la déconnexion du monde naturel, tout en plongeant dans la quête humaine éternelle de la compréhension et de l’expression émotionnelles.
⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀
Plus d’informations en avril 2024.

VIDÉO