Inspirée par la Partita for Violon n° 1 en Si Mineur de Jean Sébastien Bach, Ita Infinita est une création chorégraphique pour trois danseurs conçue par Elisabeth Schilling et accompagnée en direct par l’ensemble de musique contemporaine United Instruments of Lucilin. Cette production de 25min associe danse, musique et design dans un format trans-média innovant afin d’apporter une perspective contemporaine sur cette œuvre classique majeure.

— Nulle autre forme d’art n’a de relation plus étroite et plus complexe que la musique et la danse. Mais comment la musique bouge-t-elle réellement? Comment la danse sonne-t elle? Et où ces sons et mouvements se rencontrent-ils, dès lors qu’ils sont libérés de leur prétendu devoir de mimer, d’illustrer, de refléter, de produire une atmosphère, de fournir une toile de fond, ou même de simplement coexister, dans une nette séparation? —

CONCEPT

Comme ça, à l’infini. Comme un fil sans fin, la mélodie traverse trois corps dansants. Même s’ils se distancient sans cesse les uns des autres, ils sont profondément entremêlés dans l’interdépendance de leurs mouvements. Mais s’agit-il vraiment de trois corps ? Ou s’agit-il des mouvements et de la mélodie qui font qu’ils deviennent tantôt un corps, tantôt deux corps, tantôt trois corps… ?

  ⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀

Avec Ita infinita, Elisabeth Schilling explore, dans le prolongement de ses créations antérieures et avec le soutien de l’ensemble United Instruments of Lucilin, à partir de la “Partita pour violon n°1 en si mineur” (BWV 1002) de Jean-Sébastien Bach, comment se superposent et se confondent en permanence les mouvements et les textures musicales et corporelles, et ce sans que le corps soit simplement une illustration de la musique ou la musique une sonorisation du corps. De la simultanéité de la danse et de la musique naît une forme tout à fait particulière qui grandit et s’épanouit, brouillant les frontières entre la nature et l’art – car le baroque était toujours à la recherche de cet infini qu’il trouvait aussi bien dans l’infiniment grand que dans l’infiniment petit. Reprenant cette idée, Elisabeth et son équipe ne s’inspirent pas seulement de l’art baroque, mais aussi des formes et des textures de la nature. Les danses en forme de spirale, notamment de l’allemande et de la sarabande, ne reflètent pas seulement les formes architecturales et paysagères populaires de l’époque, mais aussi les petits infinis que l’on retrouve dans chez plantes, dans des coquilles d’escargots ou des tourbillons.

  ⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀

Inspirée par les tenues et décorations exubérantes du monde baroque, une étroite collaboration avec la costumière Agnes Hamvas permet en outre de créer une atmosphère visuelle qui génère un autre niveau esthétique entrelacé avec la danse et la musique, en alliant dans ses costumes le luxe du baroque à une simplicité moderne. L’infini se fait plus discret – mais il continue à briller de mille feux.

Dans le cadre de ses recherches autour de la relation entre musique et danse, Elisabeth Schilling ne s’intéresse pas à décrire une forme d’art à travers le regard d’une autre, ni même à transposer un médium dans un autre. Elle veut explorer comment les corps dansants peuvent percevoir les plus infimes nuances des textures musicales, les visualiser, les matérialiser et s’entremêler avec elles pour former un tout. La Partita pour Violon de Bach, sa virtuosité et son incroyable richesse de textures offre ainsi un terrain de recherche fertile à ce type d’expérimentation.

Le méthode de travail interdisciplinaire d’Elisabeth Schilling donnera également un rôle important au design dans cette pièce, en collaboration avec la costumière et designer Agnes Hamvas. Inspirées par le Ballet triadique d’Oscar Schlemmer, elles tâcheront ensemble de comprendre quels plans sémantiques peuvent être développés à travers la représentation de corps dansants.

PREMIÈRE & TOURNÉE

Ita infinita permet une introduction en douceur au monde de la danse contemporaine. D’une part, le spectacle se raccorde à des habitudes d’écoute plus classiques, et d’autre part son format compact – la partita a une durée d’environ 25 minutes – permet une grande flexibilité quant à sa présentation. La pièce peut être jouée seule, ou bien intégrée au sein d’un festival de danse ou de musique, ce qui lui confère un grand potentiel de diffusion grâce à son coût relativement faible et à sa grande adaptabilité. La pièce sera développée dans le cadre de plusieurs résidences au TRIFOLION Echternach et au TROIS-CL (Centre de Création Chorégraphique Luxembourgeois) avant d’être présentée pour la première fois en octobre 2022 dans le cadre du festival Echter’Classic.

FRAMING PROGRAMME

WORKSHOP

Elisabeth prévoit de développer un atelier spécialement conçu pour s’adapter à tous les âges et à tous les besoins. Cet atelier vise à introduire les sujets de l’œuvre de danse d’une manière pratique et encouragera un engagement créatif avec la musique de Bach et une approche individuelle du mouvement et de la danse. Enfin, des ateliers avec le département de danse de l’école de musique sont également prévus, ce qui donnera aux étudiants un aperçu de la vie d’un processus de production professionnel.

PUBLICATION

Nous envisageons en outre de créer un dépliant ludique et attrayant en trois langues (LU/E/FR), conçu pour tous les âges. Qu’il s’agisse d’énigmes et d’un quiz sur le spectacle ou d’un texte spécialement commandé au musicologue Jean-François Boukobza sur Jean-Sébastien Bach, d’interviews de l’équipe de création, d’images du spectacle ou d’un poème spécialement commandé à un auteur luxembourgeois, le dépliant prolongera l’expérience du spectacle jusque dans les foyers, encouragera la réflexion et offrira une expérience approfondie.

HOLOGRAMMES

Dans le cadre du travail scénique d’Ita Infinita, il est prévu de créer des hologrammes avec la société multimédia luxembourgeoise Mad Trix, qui seront placés au cœur de la ville 3 à 4 mois avant la première, afin de susciter l’intérêt et l’intrigue de la population d’Echternach. Les hologrammes présenteront des scènes aguicheuses de l’œuvre scénique. Comme pour les projets précédents d’Elisabeth Schilling à Echternach, “Ita Infinita” vise à renforcer la relation entre la ville, ses habitants et ses habitants.
la relation entre la ville, ses habitants, la danse et son espace, le théâtre. Afin d’introduire la danse dans la vie quotidienne des habitants et, au sens figuré, de les prendre par la main et de les guider vers le théâtre, les ombres mystérieuses et magiques vont enflammer l’imagination et, espérons-le, nourrir le désir des passants de voir la pièce dans son intégralité.

PROMENADE

Il est en outre prévu de créer un spectacle de promenade en été 2022, situé le long des bâtiments historiques que la ville a à offrir. Cela permettra de sensibiliser davantage la population de la ville à la danse. La présentation d’extraits dans des lieux architecturaux importants de la ville a pour but de constituer une “pierre d’achoppement” pour les passants, qui rencontreront “accidentellement” la danse dans leur vie quotidienne. La danse se voit ainsi attribuer une place dans l’espace public et sa présence sera étendue.

AUDIENCE TALK

Chaque représentation sera accompagnée par Elisabeth Schilling elle-même, qui offrira une courte présentation introductive sur le contexte de l’œuvre, le processus et les sujets abordés dans l’œuvre. Cela comprendra des connaissances musicales ainsi que des perspectives sur le domaine de la danse.

Concept & Chorégraphie
Elisabeth Schilling

Danse
Brian Ca
Piera Jovic
Malcolm Sutherland

Toutes les movements étaient developpé avec les danseurs et danseuses.  

Musique
Johann Sebastian Bach, Partita No 1 in B minor

Accompagnement en live
United Instruments of Lucilin

Costumière
Agnes Hamvas

Hologrammes accomagnant
Mad Trix

Design graphique
Studio Polenta

Photographie & Trailer
Bohumil Kostohryz

Images des répétitions
Ben Wagener

Documentation filmique
Jerôme Reischl

Texte
Moritz Gansen

Poète accompagnante
Florence Sunnen
  ⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀
Musicololgues accompagnants
Jean-François Boukobza, Stephanie Schroedter

Soutien en recherche
Christiane Sietzen

Produit par
Making Dances asbl

Co-Produit par
Trifolion Echternach

Création soutenu par
TROIS C-L, Centre de Création Chorégraphique Luxembourgeois, Kultursommer RLP, Fondation Indépendance
  ⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀
Hologrames soutenus par
Ministère de la Culture Luxembourg

Tour soutenus par
Fondation EME, Fondation Sommer, Stiftung für Kultur Wittlich, Mosel Musikfestival

Making Dances asbl est conventionné par le Ministère de la Culture Luxembourg.